Un poids sur les épaules du Community Manager

15 octobre 2013

Voilà sans doute un titre qui va donner le ton sur le Community Manager. Pour quelle raison a t’il les épaules larges ? Découvrons-le ici 

Qu’est-ce qu’un Community Manager ?

Le Community Manager n’est ni plus ni moins qu’un gestionnaire ou animateur de communauté au sens francisé du terme, et ce depuis peu ! Il oeuvre principalement au travers des réseaux sociaux Facebook, Google + Twitter et/ou d’autres comme instagram, Foursquare, Pinterest… mais également au sein de blog(s) où il diffuse, sur ces différents supports, du contenu. Bien évidemment son rôle s’étend, et il n’est pas que ça fort heureusement ! Il y a des variantes de postes très intéressantes si on fait une analyse des profils rencontrés. Il faut savoir que tout peut être redéfini au regard de sa fiche métier qui recense une flopée de compétences, mais les possèdent-ils toutes ? C’est ce que nous verrons plus loin.

Pour poursuivre sur son rôle, il a pour but de susciter de l’engagement de la part de ses fans / internautes au sein des communautés qu’il doit gérer. Il doit donc être un bon animateur, un bon rédacteur, un bon gestionnaire de « clientèle » on peut le dire ! un bon stratège, un veilleur du web, un curieux de tout, un profil cultivé… et beaucoup d’autres choses touchant notamment aux aspects techniques de la retouche d’image sous photoshop, de la conception de blog… et j’en passe.

En amont, on notera que certains préparent leurs stratégies de déploiement de contenu via les réseaux sociaux. Ceci est d’avantage vrai pour les indépendants et certains de ceux qui travaillent en agence. Cependant nombre de ceux qui oeuvrent en entreprise sont exécutants, et s’occupent parfois uniquement de la partie animation, ce qui reste une mission principale dans le cadre du Community Management. Disons qu’on souhaiterait le voir travailler avec une marge de manoeuvre plus large, et des responsabilités plus orientées vers une spécialisation. Voilà une définition simpliste du Community Manager, avant d’entrer plus profondément sur ses compétences qui seront l’objet du billet. Je ne vais pas être redondant sur ce qu’il est au vu des nombreux avis qui différent sur son rôle. J’introduisais simplement ce qu’il est dans la majorité des cas.

Les compétences du Community Manager – Attention ! poids lourd du web

Epaules larges - Community Manager

Voilà donc ce qu’il porte sur ses épaules, le poids des nombreuses compétences requises pour exercer son métier.

Si on devait se référer à la fiche métier du Community Manager, pour se faire une idée des nombreuses compétences qu’il devrait acquérir pour exercer… on serait déjà abattu avant même de revêtir son rôle. Depuis que le métier existe, il faut reconnaitre que beaucoup se sont risqués à le définir, et à en dessiner les contours issus de ses compétences. Qu’en est-il vraiment de ce surdoué du net (sur le papier) ? Peut-il savoir tout faire… et surtout, bien ? Nous allons tenter de faire le tour de ces questions, mais avant tout, dressons un éventail de ses compétences, sans pour autant qu’elles soient vraies pour chacun des profils rencontrés.

Fiche Compétences

  • Maitrise des principaux réseaux sociaux et des outils dédiés
  • Animation de communauté(s)
  • Veille et curation
  • Recherche d’engagement
  • Création de contenu – La rédaction, la mise en forme, l’utilisation de photos…
  • Les bases du marketing
  • La communication online
  • Maitrise de Photoshop
  • Maitrise des CMS principaux, comme WordPress et Prestashop ou Joomla
  • Connaitre les langages HTML et CSS
  • Webmarketing – Emailing, Benchmarking, CRM…
  • Référencement, SEO, SEM…
  • Mise en place de stratégies online.
  • Etc… car c’est déjà pas mal pour en sortir plusieurs profils rencontrés ça et là dans le business du web

J’en ai certainement oublié mais là n’est pas le propos ! C’est simplement pour montrer l’étendue des connaissances que le Community Manager pourrait ou devrait avoir. Soyons donc sérieux une minute… ce n’est pas possible d’être bon partout à la fois. Si on analyse bien le boulot de nombres de CM, les 2/3 premières lignes sont déjà suffisantes pour certains d’entre eux… ce qui ne sous-entend pas qu’ils n’ont pas d’avantage de compétences, mais simplement qu’ils n’en usent pas au sein de leur société.

Alors pourquoi en faire une liste aussi longue sur sa fiche métier ?

Je me demande parfois si ce n’est pas un moyen de le sous-payé, sachant qu’il ne peut être spécialiste dans chaque domaine. Tout cela pèse tout de même très lourd sur ses petites épaules ! A ce stade je pense qu’on devrait réfléchir à une spécialisation, à une recherche d’intérêt en vu de sortir une expertise pour se diriger vers des fonctions plus rémunératrices et plus à même de correspondre à un profil recherché. Faire du consulting avec une expertise en développement de stratégies, ou bien en cherchant à développer des briques (modules) pas à pas, peut s’avérer parfois plus intéressant pour un recruteur. Le tout est de ne pas se vendre comme un superman du net ! on en ressortirait ridicule et pas du tout crédible. Le but est de tourner autour d’un point à faire ressortir, celui qui correspond d’avantage à votre expertise et pour lequel vous allez maitriser toutes les facettes.

Le métier fini ou finira par tomber dans le classique avec une demande sans cesse croissante pour les futurs prétendants. Le secteur professionnel reste lui très en retard, avec très peu de postes en CDI quand on fait un ratio avec les CDD et les stages. C’est un métier qui compte aussi beaucoup d’indépendants, d’où la nécessité de se spécialiser en voyant plus loin que la notion du simple Community Manager. Si je devais donner un conseil aux jeunes qui se lancent dans le métier, ce serait sans aucun doute de s’enrichir d’un background, d’une expérience supplémentaire pour pousser le community management un plus loin que son rôle.

Il y a une notion à ne jamais oublier quand on met ses pieds dans une entreprise quelqu’elle soit ! Elle est là pour vendre un produit ou un service dans la majorité des cas. Il ne faut donc pas sous-estimer le point le plus important de tout business, vendre pour assurer sa pérennité, et à ce titre montrer de l’intérêt aux notions de rentabilité de sa société. Ça vous rendra impliqué et soucieux de bien faire votre job pour être accepté dans un univers qui reste encore difficile à comprendre pour beaucoup.

Les compétences ne doivent pas être un frein

Si on veut rendre ce poids plus léger, il ne faut pas voir ces compétences comme un frein si vous décidez de vous lancer sur une formation ou un cursus de Community Manager. Le métier continuera à être appris au delà des cours, et c’est là un leitmotiv pour les passionnés. On ne s’arrête jamais chez les Community Manager, l’horloge est une sérieuse option pour la majorité et ils ne râlent pas pour autant, car la plupart d’entre eux aiment sans compter ! Préparez-vous à de la disponibilité avec une bonne dose de motivation constante. L’apprentissage continu au sein des groupes Facebook dédiés, comme celui qu’on a déployé ici il y a peu de temps : Le Journal du Community Manager.

Apprenez aussi par vous-même avant de poser vos questions, vous éviterez de vous faire des ennemis parmi vos semblables. Il est souvent désagréable de devoir répondre 100 fois à la même question quand la réponse demande parfois une petite recherche personnelle sur Google. Ne soyez pas un assisté, mais un curieux avec le désir d’apprendre par vous-même avant de solliciter la terre entière. Vous constaterez ainsi que les compétences demandées, aussi nombreuses soient-elles, requiert beaucoup de pratique pour les maitriser. C’est pourquoi ne cherchez pas à tout savoir, mais soyez bon sur les fondamentaux. La spécialisation viendra ensuite par la pratique et les affinités qui se créeront au fil du temps.

En conclusion, c’est quoi un bon Community Manager

C’est ni plus ni moins un profil passionné qui aime apprendre tout en étant curieux, et sans avoir peur de faire des erreurs ! Une de ses principales qualités devrait être de chercher par lui-même des réponses, car c’est un exercice qui se perd et qui néanmoins force à se faire ses propres idées face aux nombreuses informations récoltées. Poser des questions au sein des communautés est la voie facile mais elle ne doit pas être occultée pour autant… utilisez-là en dernier recours ou quand un besoin urgent se fait sentir.

La rédaction est un de ses points forts car c’est de là que partira la création de contenu à diffuser. Il est de rigueur d’observer et de connaitre les mauvaises pratiques que d’autres ont expérimenté avant vous ! Analyser des cas d’écoles et des stratégies qui ont fait leurs preuves. Tout ceci vous montrera les mécanismes du métier.

Enfin vous constaterez au fur et à mesure que le métier s’installera avec la pratique. Quand vous en arriverez-là ! définissez vos priorités et vos affinités, et commencez à penser à une spécialisation, le petit plus qui fera de vous un Community Manager différent des autres. En somme ces compétences ne sont pas un poids si vous abordez le métier sous l’angle de la passion. Ça peut paraitre très simpliste, mais la passion est un moteur qui peut vous pousser loin dans ce métier. Il suffit d’y mettre du bon sens et de la rigueur par dessus.

Bon courage à vous dans l’apprentissage d’un métier passionnant, et riche de profils aux multiples facettes.

_____________________________________________________________

Retrouvez-nous sur : Twitter : @lejournalducm et sur Facebook Le Journal du CM

Laurent

Article publié par Laurent Bour le 15 octobre 2013.

Les commentaires sont fermés.