2. Bien rédiger pour le web : Community Manager et snacking content

31 janvier 2014

Le Community Manager pourra glisser maintenant dans une nouvelle forme de communication et de diffusion de contenu face au snacking content.

Hungry for vegs Une séparation se créera, et 2 écoles se profileront à l’horizon; le Community Manager qui prendra le temps d’analyser et celui qui volera vers la mobilité et la rapidité.

États des lieux

Vous pensiez pour beaucoup d’entre vous que les articles de fond tenaient le haut du pavé... mais vous avez omis un gros détail; la génération mobile qui s’apprête à naître avec un smartphone dans la main. Fini l’éducation au petit lait, place à la nouvelle technologie, et à ce qui va vite… très vite ! Une rapide analyse des objets connectés, des smartphones, des tablettes… et de tout le contenu qui passe au travers de ces appareils. Ils sont lus et vus aussi rapidement que la vitesse d’un processeur quad-core qui passe d’une information à une autre. Si tout va vite, beaucoup plus vite, alors nous suivons et suivrons le même train de vie que ce soit professionnellement parlant ou dans notre vie privée. Ça doit pulser comme on dit ! Et ce n’est pas prêt de s’arrêter comme ça. On veut tout faire et ne rien manquer de ce qui fait le buzz, apprendre ceci, apprendre cela… être informé de tout se qui se passe sur la planète. Les nouvelles générations deviennent fainéantes pour les travaux manuels, les cerveaux sont ramollis par la technologie qui remplace les tâches humaines à toute les échelles. On informatise tout et on assure la maintenance, le sav… on remplace, on ne répare plus… on contrôle avec une blouse blanche et on ne met plus les mains sans le cambouis. On consomme fastfood et on ne se restaure plus correctement. C’est un fait ! La société de consommation recherchée est bien installée et elle n’est pas prête à céder sa place jusqu’au crack et à la révolution qui va redistribuer les rôles. C’est à peine une caricature.

Le Snacking content

Pour ceux qui ont manqué le précédent article, je vous invite à le relire ici : (1. Bien rédiger pour le web : Le snacking content) il est assez court pour coller à l’esprit de ce qu’est le snacking content. Un petit rappel, le snacking content à pour but d’être rapidement visible ou lisible pour tout un chacun. Il est une composante du snacking media qui vise à découper en petits morceaux un contenu ou à en produire du très court. En clair, c’est un contenu à consommer rapidement comme on avalerait un sandwich. Se pose alors le problème de fond des articles rédigés dans cette optique. Un billet qui avoisine les 500/600 mots aura difficilement un impact ou un intérêt pour ceux qui recherchent la valeur ajoutée ou la profondeur d’un sujet. Un des remèdes serait donc la découpe de l’article en plusieurs parties comme on opère pour un tutoriel, ou un test de matériel comme le propose le Journal du Geek par exemple (test du samsung note 3). L’intérêt est que l’on peut rapidement accéder à la rubrique qui nous intéresse. On retiendra néanmoins le désir de capter et d’être lu rapidement au travers d’un contenu, ici lisible dans notre exemple.

Comment le Community Manager peut-il tirer profit du snacking content ?

CM Réflexion Le Community Manager devrait pouvoir s’adapter et rédiger selon 2 approches; l’une visant la profondeur dans le traitement d’un sujet, une autre recherchant la diffusion d’infos courtes et néanmoins pertinentes. Alterner les 2 permet de tenir un lectorat sans perdre les consommateurs pris par le temps. Dans les mois et années à venir, il sera question d’apprendre a doser, à mettre en forme, à dissocier les contenus et à les maîtriser selon les supports connectés. La gestion de contenu ne se limite pas audit contenu comme on le penserait trop simplement, mais il comprend également le support de diffusion, à savoir le smartphone, la tablette, l’ordinateur… etc. On parle dés lors d’écrans et de résolutions d’affichages offertes par ces appareils. Il est intéressant de noter qu’on tend vers des écrans de smartphones plus imposant, avec des résolutions Full HD et parfois même au delà. On teste le marché, on attend des retours rapides des consommateurs. On standardise ainsi les supports pour permettre à l’info d’être adaptée et lisible. Seulement voilà ! Pour y voir plus clair on opère un zoom, et on scrolle pour fluidifier la lecture…. et si c’est trop long !?

C’est au moment où on arrivera à la génération qui naîtra le smartphone à la main qu’on établira de nouveaux modes de communication

C’est au moment où on arrivera à la génération qui naîtra le smartphone à la main qu’on établira de nouveaux modes de communication, même s’ils sont déjà latents en réalité. Je pend peut-être des devants mais je ne pense pas me tromper de beaucoup sur la mutation des habitudes de consommation de l’information. Il y a quelques années, je me souviens que personne ne croyait aux écrans larges et qu’on prônait de faire toujours plus petit. C’était raisonner purement produit et non sur un écosystème, un univers où se retrouve des produits offrant des possibilités proches de celles d’un ordinateur. Les PDA (Personnal Data Assistant) avaient échoué sur ce terrain, mais c’est seulement quelques années plus tard qu’on a réuni le PDA et le téléphone pour accoucher du smartphone qu’on connaît aujourd’hui. Ce fut une mutation rapide. Ainsi donc aujourd’hui les Community Managers travaillent beaucoup sur le modèle grand écran, et sur son approche au travers de la consommation de l’information. Cependant qu’en sera t’il de demain quand les utilisateurs passeront plus de temps sur leurs smartphones que sur leurs ordinateurs. C’est presque à la porte, mais ça demande un véritable travail en amont pour préparer le terrain. Le Community Manager trouvera ainsi un moyen de créer du micro contenu (snacking content) pour toucher plus rapidement un lectorat. L’information sera peut -être jetable dans un certain sens, rapidement consommable comme on le constate déjà aujourd’hui. On zappe vite l’information, on passe à la suivante comme un zapping télévisuel. Ce sera certes un exercice, et ça demandera plus de disponibilité paradoxalement que de créer du contenu de fond. Si ça va vite, ça devra suivre et l’info avec. Ce sera chaque jour être en veille et rédiger pour être présent, et tout ceci rapidement. Un autre problème se mélange à tout cela; le manque de capacité à suivre le rythme et la pression qui se greffe de plus en plus dans le monde professionnel qui nous entoure.

Le contenu suivra t’il alors la mode ?

On fini toujours par revenir au classique, à ce qu’on a lâché un moment… au premier amour. Même si je crois dans le principe du snacking content rien qu’en observant les modes, je n’y adhère pas pour autant dans ce qu’il peut m’apporter. J’aime les articles de fond et je prend le temps de lire ce qui est pertinent et construit pour durer un moment. Ce ne sont pas les écrits de Ronan Boussicaud (découvrez son blog) ou de Clement Pellerin (découvrez son blog) qui m’effraient. Au contraire, quand c’est bien construit et qu’on ressent un désir de transmettre et d’exposer un point de vue, ça fait plaisir de lire de tels auteurs. On en ressort avec quelque chose, une connaissance, des informations utiles et sur lesquelles on peut même revenir plus tard. Alors doit-on en convenir qu’on est ou qu’on devient la victime d’un effet de mode ? Difficile à dire ! Mais jusqu’à maintenant on s’est tous pliés à la nouvelle technologie et à ce qui consume notre temps. La roue tourne et on revient toujours à un point de départ… alors on peut aussi rester sur des principes établis et qui nous tiennent à coeur. Ecrire un article de fond quand beaucoup iront à contresens, pourra mettre en relief ceux qui campent dans cet état d’esprit, c’est donc un bon point à relever.

En Conclusion

On aurait envie de conclure comme ceci même si c’est trop souvent qu’on le dit : Wait & See avec un « Longue vie aux Community Managers car le métier continuera d’exister et de se spécialiser ». Tout ceci n’engage bien sur que moi, la mutation des procédés et des modes de communication peuvent encore déviés et nous réserver quelques bonnes surprise d’ici les temps à venir. Vous pouvez apporter ici vos commentaires et vos propres conclusions.

Article publié par Laurent Bour le 31 janvier 2014.